Le MAC 50

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le MAC 50

Message  Administrateur le Dim 24 Fév - 23:24

Les PA35A et 35S chambrés en 7,65 mm long ne faisant plus le poids en 1945 ils ne verront pas leur carrière se prolonger bien longtemps au sein de nos armées. Il fallut donc leur trouver un successeur digne de ce nom et de préférence de fabrication nationale. En effet, les différentes armes de poing étrangères alors en service étaient certes efficaces mais trop nombreuses et de calibres variés (9 mm parabelum ou cal .45 pour ne citer que ceux là). Il fallait uniformiser notre armement et les munitions qui allaient avec, tout en se gardant de toute dépendance vis à vis de tel ou tel pays.
Le calibre 9 mm ayant fait ses preuves tout au long du conflit, il fut décidé d'adopter la cartouche de 9 mm parabelum pour nos PA et PM et puisqu'on possédait déjà une arme fiable, en l'occurence le PA 35, il suffisait de redessiner les plans afin de l'adapter à la nouvelle cartouche.
La Manufacture d'Armes de St-Etienne fut chargée de cette étude et plusieurs prototypes furent proposés et expérimentés. Suite à des tests comparatifs avec différentes armes, dont un P08 et un P38, l'arme de la MAS fut adoptée en 1950 sous l'appellation de pistolet automatique de 9 mm modèle 1950.
Il fallut apporter néanmoins quelques modifications, ce qui fut fait de 1951 à 1953 par la Manufacture d'Armes de Châtellerault, cette même manufacture étant charger de la fabrication en série. Un premier lot de 12 armes de présérie comportant des plaquettes en noyer fut confectionné puis fut livré un lot de 100 exemplaires de série. Ceux ci avaient les caractéristiques définitives et en particulier des plaquettes en plastique noir remplacant les plaquettes en noyer.
La MAC fabriqua 221 900 PA 50 de mars 1953 à juin 1963 puis la fabrication fut reprise par la MAS qui en fabriqua 120 000 de novembre1963 à avril 1978.
Les matricules de la MAC sont précédés d'une seule lettre (A à W) et ceux de la MAS de deux lettres (FG et FH exclusivement).
Remplacant petit à petit l'armement hétéroclite alors en service, le PA MAC 50 sut s'imposer par sa robustesse, sa simplicité et sa facilité d'entretien, il équipe entièrement l'armée française (terre, air, mer), c'est l'arme de défense par excellence des officiers et des personnels dont l'arme de dotation n'est pas le FAMAS (tireurs LRAC etc...). Equipant également la Gendarmerie, il a du laissé sa place ces dernières années au PA MAS G1 plus adapté comme arme de "police". Sa carrière continue néanmoins au sein de nos armées malgré son remplacement dans certaines unités (commandos etc....) par des armes en double action et à capacité de chargeurs augmentée. Il est vrai qu'avec ses 50 ans de service le PA MAC 50 est le doyen de nos outils de défense, battu seulement par la mitrailleuse de 12,7 mm M2HB mais qui n'est pas de conception nationale. Malgré ses qualités indéniables il montre ses limites (tir en simple action uniquement, chargeur réduit, levier de sûreté mal placé et crochet de chargeur un peu trop prohéminent.....), son remplacement est donc à l'étude, en attendant il continue son bonhomme de chemin sans faire de vagues.


Arme fabriquée en acier usiné, chargeur en tôle d'acier soudée. Robuste, bien en main, d'un fonctionnement sûr et bien finie elle comporte quelques améliorations par rapport aux armes de la génération précédente dont le changement de calibre, le mode de verrouillage du canon qui passe de un à deux tenons et la forme de la poignée. Ces 2 caractéristiques ont été "récupérées" sur le PA 35A, le reste de l'arme étant très largement le fruit du redimensionnement du PA 35SM1. La glissière et le canon sont classiques des armes du système Browning.







avatar
Administrateur
Admin

Messages : 31
Date d'inscription : 10/02/2008
Localisation : Provins

Voir le profil de l'utilisateur http://aptc.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum